Derniers billets

Changer votre mode de vie !!! La méthode flexitarienne La meilleure façon de manger existe-t-elle ? Est-il possible de se nourrir sainement sans sacrifier aux plaisirs de la bouche ? Ces questions nous ont tous bien sûr un jour ou l’autre effleuré...

Lire la suite

Dans les bacs! Se soigner par les plantes pour les... Vous voulez vous soigner et soigner toute la famille naturellement et sans risque ? Ce livre est fait pour vous ! Découvrez les vertus des plantes les plus courantes et profiter de leurs bienfaits...

Lire la suite

Le gingembre, une épice contre la nausée! Largement employé dans la cuisine indo-asiatique pour ses qualités tant gustatives que facilitatrices de la digestion, le gingembre est aussi une épice médicinale aux multiples propriétés. De...

Lire la suite

Du décryptage de la consommation de viande en France... Que nous dit le CIV ? (le Centre d'Information des Viandes est une association loi 1901 réunissant les professionnels de la viande) 1- Que les consommations de viande diminuent régulièrement ...

Lire la suite

Bactérie tueuse, les graines germées ! C'est un peu... 3255 personnes ont été malades de la bactérie Echerichia coli entéro hemorragique (Eceh), dont 773 atteints du terrible syndrome hémolytique et urémique (SHU) entrainant de graves complications rénales...

Lire la suite

Bactéries tueuses, pourquoi existent-elles ? 2 extraits du "Petit Dictionnaire Enervé des Aliments toxiques" pour comprendre... "Antibiotiques L’obsédant message de la Caisse primaire d’assurances maladie visait à sensibiliser les médecins...

Lire la suite

Enfin dans les bacs...l'insoumis Petit Dictionnaire... INTRODUCTION (extrait)  "Il est un paradoxe qui devrait sauter aux yeux quand on observe les sociétés occidentales dites « modernes ». Un paradoxe évident, dont tout le monde et surtout la...

Lire la suite

La dépression peut être associée au mode alimentaire... Akbaraly TN, Brunner EJ et al. Dietary pattern and depressive symptoms in middle age. Br J Psychiatry. 2009 Nov;195(5):408-13. Des chercheurs anglais ont trouvé une association significative...

Lire la suite

L'alimentation végétarienne protège de l'obésité... "Relation entre différents types de diète végétarienne, le poids et la prévalence du diabète de type 2." Tonstad S, Butler T, Yan R, Fraser GE. Type of vegetarian diet, body weight,...

Lire la suite

Le sel en excès dans notre alimentation augmente le... Strazzullo, P et al. (2009). Salt intake, stroke, and cardiovascular disease: metaanalysis of prospective studies. BMJ 339: b4567. DOI:10.1136/bmj.b4567. "Apport de sel, accident vasculaire...

Lire la suite

La diète antihypertension bonne pour les calculs rénaux Une alimentation reconnue et recommandée pour normaliser la tension artérielle, c'est à dire riche en fruits, légumes, noix et modérée en produits laitiers écrémés et très pauvre en sel...

Lire la suite

Probiotiques contre Grippe A H1N1 “Probiotic Effects on Cold and Influenza-Like Symptom Incidence and Duration in Children” Gregory J. Leyer, Shuguang Li, Mohamed E. Mubasher, Cheryl Reifer and Arthur C. Ouwehand - Pediatrics 2009;124;e172-e179;...

Lire la suite

A lire ! Un ouvrage tout frais, vert et bio... Sélectionné pour le Prix Emile Gallé 2010 ! Si depuis la nuit des temps, l’homme utilise les plantes dans l’art de la guérison, il est pourtant loin d’être au bout de ses découvertes....

Lire la suite

Le millepertuis ou la bonne humeur retrouvée... Le millepertuis Noms vernaculaires: Herbe de la Saint-Jean, barbe de la Saint-Jean, herbe de Saint-Eloi, chasse-diable, herbe aux mille trous Nom latin Hypericum perforatum Famille Hypericacées Description: Le...

Lire la suite

L'aloès, un gel qui soigne! L’aloès Noms vernaculaires : Plante médecin, plante des brûlures, docteur vert, docteur végétal, lys du désert Nom latin Aloe vera   (ou A.barbadensis, A.vulgaris) Famille Lilliacées Description: C’est...

Lire la suite

Le ginseng, quelle panacée !... Le ginseng Noms vernaculaires: Ginseng coréen, ginseng asiatique, ginseng américain, ginseng chinois, ginseng japonais, racine de vie, racine du ciel, plante-homme, homme-racine. Nom latin Panax...

Lire la suite

L'échinacée, une arme anti H1N1? L’échinacée Noms vernaculaires : Rudbeckie pourpre, rudbeckia pourpre, échinacée pourpre Nom latin Echinacea purpurea Autres espèces utilisées:  E. pallida, E. angustifolia Famille...

Lire la suite

L'hydrocotyle une plante pour la peau, mais pas seulement... L'hydrocotyle Noms vernaculaires: Centella, gotu kola, violette-marron, écuelle d’eau, herbe aux grenouilles Nom latin Centella asiatica Famille des Apiacées (Ombellifères) Ne pas confondre...

Lire la suite

Du décryptage de la consommation de viande en France…

Posté par Dr Franck Gigon | Posté dans Alimentation optimisée | Posté le 15-09-2011

0

Que nous dit le CIV ?

(le Centre d’Information des Viandes est une association loi 1901 réunissant les professionnels de la viande)

1- Que les consommations de viande diminuent régulièrement

« La consommation de viande en France est en baisse régulière depuis une dizaine d’année. Pour les viandes de boucherie (c’est-à-dire le boeuf, le veau, l’agneau, le porc frais et la viande chevaline), les niveaux sont passés de 52 à 46 g/j/personne entre 2004 et 2007 ce qui porte actuellement la consommation moyenne hebdomadaire à 322 g (ou 373 g si l’on ajoute la viande de boucherie des plats préparés)*, soit 3 à 4 portions seulement par semaine.
Ce phénomène s’inscrit dans une diminution régulière de la consommation des produits frais (- 20 % de fruits et légumes frais, par exemple, entre 1999 et 2007) au profit des produits très transformés (plats composés : + 50 % ; sandwichs + 43 % ; pizzas-quiches et tartes salées + 12 %)»  Texte CIV

Evolution de la consommation moyenne de produits carnés des adultes (15 ans et plus) (g/j) :

niveau-conso-1Première remarque:

La consommation moyenne totale de produits carnés a bien baissé entre 1999 et 2007 ( de – 20 % globalement)

Dans le détail, la viande de boucherie a baissé de 22 % et la volaille d’un peu moins de 47 % et  la charcuterie de moins 8%

mais on note une nette augmentation des produits carnés des plats préparés en consommation (+18 %).


La consommation hebdomadaire de produits carnés reste donc conséquente avec  819 grammes par semaine…

Soit un peu plus d’une portion de produits carnés par jour…. c’est à dire plus de huit portions de 100 grammes par semaine !

Ramener la consommation à 46 grammes par jour (de viande de boucherie), masque la réelle consommation de produits carnés dont la répartition s’est faite malheureusement au profit des plats préparés et au détriment de la volaille et de la viande de boucherie.

(Pour information, juste pour la viande rouge, la société canadienne du cancer recommande une consommation d’un maximum de 300 g  par semaine, soit 3 portions de 85 g à 100 g (3 oz).)…maximum et pas seulement !

Rappel de quantités usitées:

  • Un Big Mac: 70g de viande
  • Un petit steak: 100g
  • Un grand steak: 160g
  • Un gros kebab: 130g

2-Que la majorité des Français seraient des petits consommateurs

« Bien sûr, la consommation moyenne cache de grandes disparités. Mais la majorité des Français sont des petits consommateurs de viandes de boucherie (c’est-à-dire de boeuf, de veau, d’agneau, de porc frais et de viande chevaline) : 56% en mangent moins de 45 g par jour, soit moins de 315 g par semaine, alors que 20% en mangent plus de 70 g par jour.»  Texte CIV

niveau-conso-2

Deuxième remarque:

Beaucoup de sociétés savantes s’accordent à dire maintenant qu’il faudrait manger moins de 43 grammes de viande rouge par jour pour préserver notre santé. Les français ne sont donc pas de petits mangeurs de boucherie. Ils en mangent moins qu’avant mais peuvent encore mieux faire…  Notons que le terme « petit»  sous-tend une connotation peu gratifiante pour le mangeur correspondant dans cette présentation.


3- Que les petits consommateurs de produits carnés  couvrent mal leurs besoins nutritionnels

« Les écarts de quantités consommées peuvent entraîner des différences dans le statut nutritionnel de la population : il est beaucoup plus difficile d’assurer la couverture des besoins nutritionnels moyens (BNM) en vitamines du groupe B et en fer pour les petits consommateurs de produits carnés*.»  Texte CIV

niveau-conso-3

Troisième remarque:

Rappelons le schéma N°1, la consommation journalière de produits carnés monte à 117 grammes…. et non pas 70, ni même 45 grammes comme le suggèrent le texte et le schéma N°3. (qui se référent plutôt à la consommation de viande de boucherie).


Encore une fois le « petit»  mangeur français n’est pas à la fête… il s’exposerait donc par sa pratique irresponsable à des carences vitaminiques et martiale (fer).

Cette conclusion appuyée par un tableau très démonstratif fustige les mauvais consommateurs de viande de boucherie (petits et moyens). Notons que les valeurs des vitamines B1, B3, B12 et de fer ont été déterminées par leurs apports journaliers respectifs contenus dans moins de 45 grammes, entre 45 et 70 grammes et dans plus de 70 grammes de viande de boucherie.

Mais quid des autres aliments que mangent les français pourvoyeurs connus vitamines et fer ? Les produits laitiers ? Les oeufs ? les légumes secs et frais ? Les céréales ? Les oléagineux ? et les poissons ?

CONCLUSION:

La consommation totale de viande a baissé au cours de ces huit dernières années et c’est tant mieux. La consommation hebdomadaire reste élevée eu égard aux résultats des nombreuses études épidémiologiques établissant un rôle causal d’une alimentation trop carnée dans l’émergence de nombreuses pathologies de civilisations (maladies cardiovasculaires, cancer digestif, obésité…).

La mauvaise nouvelle réside dans une augmentation inquiétante de la consommation de viande transformée et issue de plats préparés, et de la relative stabilité de la consommation de charcuterie. On peut déplorer la baisse de la consommation de volaille réputée moins impactante sur la santé.


Critique de la présentation:

Les valeurs à la baisse de la consommation de viande de boucherie, y sont jugées négativement. On peut le comprendre aisément de la part du CIV… qui promeut la consommation de ce type de viande et défend ses producteurs. On le comprend moins si on se place sur le plan purement scientifique… avec une démonstration très limite en troisième partie qui classe des adultes en fonction de leur quantité de viande (de boucherie) ingérée et seulement elle pour définir des déficits alimentaires !

Laisser un commentaire